ICONODULE

171 portraits, acrylique sur toile, 175 x 918 cm.

« La vérité est une sorte d'erreur, faute de laquelle une certaine espèce d'êtres vivants ne pourraient vivre. Ce qui décide en dernier ressort, c'est sa valeur pour la vie. » Nietzsche, Volonté de puissance.

 

Figurez-vous !

  Depuis quelques années Jean-Bernard Pouchous peint de petits formats proche du 5F., qui représentent différents personnages connus ou inconnus ou des animaux.

  Cet intérêt pour ce type de figure est motivé par sa passion de l’image mais aussi par un réel besoin de travailler à sa manière d’après les maîtres ; ceux qui ont le plus influencé son art dans le domaine de la représentation  du visage, du regard… ces œuvres sont illustrées par différents texte inspirés par ces figures mais aussi par tout ce qui lui est venu à l’esprit suite à des lectures aussi diverses que variées.

« En tant qu'être humain, je me sens plus concerné par la représentation de l'humain. J'ai fait beaucoup de portraits d'amis. Il faut que je les connaisse bien que j'ai pu longtemps les observer. »  Francis Bacon (1909-1992).

  Les différents sujets qui ont inspiré la réalisation de ces peintures sont classés historiquement selon la date de naissance du maître ou de ce qui est sensé être représenté, en suivant une chronologie d’aujourd’hui XXI e. siècles, aux : XX, XIX, XVIII, XVII, XVI, XV et XIV e. siècles puis à l’Antiquité

  Entre le début du christianisme et celui de la renaissance aucun portrait n’est traité, pourtant les époques pré-historiques, gallo-romaine, franque et carolingienne puis le Moyen-Âge ont produit beaucoup de représentation de visages ou de têtes. Mais ce recueil de portraits se veut l’expression d’un intérêt pour la figure de nos jours à l’antique, en insistant sur sa renaissance à partir du XIV e. siècle. Si il reste peu de peintures antiques, les portraits de la statuaire grecque et romaine sont très présents dans nos musées. Mais c’est à partir de la renaissance que l’art devient vraiment riche en représentations de personnages célèbres ou oubliés peints ou sculptés. Le retour aux valeurs artistiques préchrétiennes a nourrit l’émergence d’un nouveau réalisme chargé d’humanisme où l’individualité personnelle de l’artiste et de son modèle s’expose au regard. La peinture à l’huile, naît alors, puis vient l’âge d’or du pastel au 17 e. siècle. La photographie apparaît en noir & blanc au 19 e. siècle puis en couleur au siècle suivant. Il y a peu, les cires, plâtres, bronzes, marbres et bois polychrome faisaient places aux résines polymères synthétiques et autres plastiques et l’acrylique remplaçait la peinture à l’huile. Aujourd’hui toutes les images sont numériques et se côtoient virtuellement sur la toile, mais rien ne vaudra jamais la relation physique, sensuelle et sensible, avec un dessin, une peinture, une photo argentique, une sculpture en terre, en stuc, en tilleul ou en pierre…

Jean-Bernard Pouchous - 2015.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now
CléopatreVII

a/t, 5F, 2010