Portraits - N° 1

N°1-"Rémi", 1983, acrylique sur toile, diptyque 2 x (130 x 97 cm.)

« La connaissance du réel est une lumière qui projette toujours quelque part des ombres. Elle n’est jamais immédiate et pleine. Les révélations du réel sont toujours récurrentes. Le réel n’est jamais « ce qu’on pourrait croire » mais il est toujours ce qu’on aurait dû penser. La pensée empirique est claire, après coup, quand l’appareil des raisons a été mis au point. En revenant sur un passé d’erreurs, on trouve la vérité en un véritable repentir intellectuel. En fait, on connaît contre une connaissance antérieure, en détruisant des connaissances mal faites, en surmontant ce qui, dans l’esprit même, fait obstacle à la spiritualisation. » Gaston Bachelard (1).

 

N°1 - Tel père, tel fils...

Certain sociologue et anthropologue, non exégète, aide les entreprises à définir leurs positions sur le marché, eu égard aux évolutions de société. Elle révèle que contrairement aux "baby-boomers", les 25-35 ans, en ce début du 21 e. siècle, ne sont pas descendus dans la rue, ils ne se sont pas révoltés contre leurs parents, ils ne se sont même pas constitués en génération... au point qu'on a pu croire en la fin du conflit de générations, pourtant, elle affirme que eux aussi ont tué leurs pères... mais silencieusement. Pascale Weil dans "Tels pères... quels fils ?" : La révolution silencieuse entre les baby-boomers et leurs enfants (2), communication oblige, pose la question qui tue : « …et si demain, la faille s'ouvrait ? »

Le biptyque appelé "Rémi",  représente le fils de Jean-Bernard pouchous, Rémi Pouchous à l’âge de 4 ans. C'était en août et père et fils rentraient d’une balade dans le petit village de Vers Pont du Gard où avec la mère de Rémi, ils possédaient une vieille maison de vacances à restaurer. Rémi avait acheté une barre de chocolat Mars à l’épicerie du coin sans que son père s'en aperçoive.

C’est en peignant ces deux tableaux que l'artiste s'est aperçu que son modèle cachait dans le haut de sa salopette quelque chose de jaune et chocolat. On le voit surtout très bien dans le tableau de droite. D’où l'air évasif de l'enfant en attente d’être libéré de cette pose obligatoire pour enfin dévorer la gourmandise cachée. L’esprit du modèle donne de la vie à cette oeuvre, où le père dépeint le fils.

Sacré Rémi !

Jean-Bernard Pouchous - 2008.

Bibliographie :

N°1-1- Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, éd. Librairie Philosophique J. Vrin, 1970.

N°1-2- Pascale Weil, Tels pères... quels fils ? : La révolution silencieuse entre les baby-boomers et leurs enfants, éd. d'Organisation, 2006.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now
Rémi

A/T, 146 x 114 cm., 1983