AÏON - N° 5 - suite

« Avoir des yeux d'aigle ! » C’est avoir le regard perçant comme le "Punu".

                Au XVe. Siècle, les premiers Européens colonisent l’Afrique notamment les Portugais, puis les Hollandais, se livrent à la traite négrière, commerçant avec les chefs côtiers et notamment les Mpongwes, établis dans l'estuaire du Komos et les Orungus, implantés dans le delta de l'Ogooué. Les esclaves sont d'abord destinés aux plantations de Sao Tomé avant que ne se développe le commerce avec l'Amérique. Le commerce concerne aussi le caoutchouc, le bois, l'ivoire… Durant cette période, qui s'étend jusqu'au XIXe. siècle, les Européens ne cherchent pas à pénétrer le pays ; ils établissent des implantations et des fortins dans la zone littorale et les relations avec l'intérieur du pays passent par les peuples côtiers.

                La France occupe le Gabon progressivement à partir du milieu du XIXe. Siècle, après un traité signé en 1839 avec le roi Denis (1780-1876). Les explorateurs commencent à pénétrer l'hinterland (tels le Franco-Américain Paul Belloni Du Chaillu (1831-1903), qui donnera son nom au massif du Chaillu, ou Pierre Savorgnan de Brazza (1852-1905) qui remonte le cours de l'Ogooué en 1874…

                En 1886, le Gabon devient une colonie qui, dès 1888, est fusionnée avec celle du Congo sous le nom de Gabon-Congo puis, en 1898, de Congo français. En 1904, à la suite d'un décret du 29 décembre 1903, le Gabon redevient une colonie distincte, le reste du Congo français formant les deux colonies du Moyen-Congo et d'Oubangui-Chari et le territoire militaire du Tchad. En 1910, les colonies du Gabon et du Congo sont intégrées dans l'Afrique-Équatoriale française. En 1940, le Gabon est d'abord tenu par des forces vichystes, mais après la brève campagne du Gabon, il passe, avec l'AEF, dans le camp de la France libre. Ses dirigeants coloniaux sont alors internés.

                     Le Gabon est indépendant depuis le 17 août 1960.

« Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur ! » Aimé Césaire (1913-2008), Discours sur le colonialisme, 1950.

                Les Punu forment un peuple bantou d’Afrique centrale  établi principalement au sud du Gabon, également en République du Congo dans la région du Niari. Ils constituent l'un des groupes dits shira-punu, auxquels sont aussi rattachés les Sangu (ou Massango). Les Punu appartiennent au groupe culturel Shira-Punu, avec les Eshira (Shira), les Lumbu et les Vili. Ils vivaient dans des villages indépendants divisés en clans et en familles. La cohésion sociale était assurée par la société de l' okuyi (terme générique pour le masque, nommé mukudji, blanc, chez les Punu et les Eshira). Son rôle essentiel était de subjuguer les esprits malfaisants de la forêt. Cette forme d'expression était partagée par de nombreux groupes régionaux. Le masque mukudj était aussi utilisé par la société Okuyi au moment du deuil. Le rôle de la danse rituelle du mukudj était d'invoquer un esprit de l'au-delà, revenu du monde des morts dans celui des vivants, représenté sous les traits d'une "belle jeune femme" au visage idéal.

                Le masque mukudj, en bois peint, n'est que la partie supérieure d'un ensemble qui est composé d'un danseur, invariablement masculin, dont le corps est masqué par un vêtement plus ou moins ample, tandis que ses pieds reposent sur des échasses qui peuvent aller jusqu'à trois mètres de haut. Comme la danse comporte des mouvements violents et saccadés et des déplacements, parfois rapides parmi les villageois, le danseur doit être un professionnel chevronné et au maximum de sa force physique, car sa prestation est une prouesse exceptionnelle. Le masque de bois par lequel il peut voir ce qui l'environne n'étant pourvu que d'étroites fentes à l'endroit des yeux aux paupières presque fermées ! Aussi une équipe de soutien, et pouvant atteindre 25 membres, aide le danseur à s'habiller, à le fixer solidement sur les échasses et assure sa protection tout en l'accompagnant par des chants. Le danseur communique avec eux par un langage codé et des gestes des mains qui tiennent des chasse-mouches, lesquels amplifient leurs mouvements codés. Un ensemble de musiciens de percussions rythme le spectacle et un chœur interprète un « collage de textes tirés de divers faits historiques et contextes rituels. » Le portrait féminin idéalisé semble ainsi voler, emporté par la masse informe du danseur masqué mais qui témoigne d'une évidente maitrise quasiment surnaturelle.

                Un Punu interrogé en 1993 sur l'usage du kaolin sur le masque mukudj a eu cette phrase: « Les femmes sont représentées par la couleur blanche parce qu'on les admire ». Ces masques ont d'ailleurs fait l'admiration des occidentaux et furent collectionnés par les artistes modernes dès avant 1910, dont Matisse, Picasso et Vlaminck. On peut constater qu'un soin évident a été porté dans la représentation de certains traits personnalisés, et de telles sculptures sont ainsi des portraits idéalisés de femmes Punu qui peuvent se reconnaitre et être reconnues. Le sculpteur travaillant en dehors du village, il doit sculpter de mémoire, en s'inspirant des traits d'une femme reconnue pour sa beauté, qui peut être la femme même du sculpteur. Le blanc du kaolin « impose au masque une lividité surnaturelle qui sublimait la beauté de son sujet féminin idéalisé. » (8).

« Les femmes ont pour ornements des scarifications sur le front ; très souvent celles-ci consistent en neuf protubérances arrondies, de la dimension d'un pois et disposées en losange entre les sourcils, et elle portent des marques en relief similaires sur les joues et quelques marques irrégulières sur la poitrine et l'abdomen, dont la disposition varie selon les individus. » Paul Belloni Du Chaillu.

AÏON n°5-VIII-           L’œuvre intitulée "Belfort" peinte par Jean-Bernard Pouchous,  représente  en haut à droite du tableau l’écriture de la date manuscrite de 39/45.

                La Seconde Guerre mondiale, ou Deuxième Guerre mondiale, est un conflit armé à l'échelle planétaire qui dure du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945. Ce conflit oppose schématiquement les Alliés et l’Axe. Provoquée par le règlement insatisfaisant de la Première Guerre mondiale et par les ambitions expansionnistes et hégémoniques des trois principales nations de l’Axe (le Troisième Reich, l'Italie fasciste et l'Empire du Japon), elle est favorisée par la convergence d’un ensemble de tensions et conflits régionaux, notamment : en Afrique (Seconde guerre italo-éthiopienne dès 1935), en Espagne où la guerre civile commence le 18 juillet 1936, en Chine où la guerre contre le Japon débute le 7 juillet 1937, et en Europe centrale où l'Allemagne annexe autoritairement l'Autriche le 11 mars 1938 puis les territoires des Sudètes pris à la Tchécoslovaquie le 21 octobre 1938 et où enfin, le 1er septembre 1939, elle agresse militairement la Pologne grâce à un accord passé avec l'URSS. Ce dernier événement provoque dès le 3 septembre 1939, l'entrée en guerre du Royaume-Uni (à 11 h), de la France (à 17 h), et de leurs empires coloniaux respectifs.

                Tout d'abord associée à l'Allemagne dans le partage de l'Europe, l'URSS rejoint le camp allié à la suite de l'invasion allemande le 22 juin 1941. Quant aux États-Unis, ils abandonnent leur neutralité après l'attaque de Pearl Harbor par les forces japonaises, le 7 décembre 1941. Dès lors, le conflit devient vraiment mondial, impliquant toutes les grandes puissances, et la majorité des nations du monde sur la quasi-totalité des continents.

La Seconde Guerre mondiale prend fin sur le théâtre d'opérations européen le 8 mai 1945 par la capitulation sans condition du Troisième Reich, puis s’achève définitivement sur le théâtre d'opérations Asie-Pacifique le 2 septembre 1945 par la capitulation également sans condition de l'Empire du Japon, dernière nation de l’Axe à connaître une défaite totale.

                La Seconde Guerre mondiale constitue le conflit armé le plus vaste que l’humanité ait connu, mobilisant plus de 100 millions de combattants de 61 nations, déployant les hostilités sur quelque 22 millions de km, et tuant environ 62 millions de personnes, dont une majorité de civils. La Seconde Guerre mondiale est aussi la plus grande guerre de l’Histoire, ce qui explique que les forces de collaboration en Europe et en Asie occupées aient pu être solidaires de pays envahisseurs ou ennemis, ou qu’une résistance ait pu exister jusqu’en plein cœur de l’Allemagne nazie en guerre. Guerre totale, elle gomme presque entièrement la séparation entre espaces civils et militaires et donne lieu dans les deux camps à une mobilisation massive des ressources non seulement matérielles - économiques et scientifiques - mais aussi morales et politiques, dans un engagement des sociétés tout entières.

                Les pertes en vies humaines et les traumatismes collectifs et individuels sont considérables, la violence ayant pris des proportions inédites. Le conflit donne en effet lieu à de multiples crimes de guerre, crimes favorisés et banalisés par une violence militaire et policière d'une intensité et d'une profondeur inégalées, cette violence notamment contre les civils étant parfois un élément de la stratégie militaire. On assiste ainsi à l'émergence à une échelle inconnue jusqu'alors de crimes de masse particulièrement atroces et pour certains sans précédent, tout particulièrement à l'instigation de l'Allemagne nazie et du Japon impérial. Parmi ces crimes figurent des massacres génocidaires allant jusqu'à une organisation industrielle s’appuyant sur la déportation en camps de concentration, camps de travail et camps d'extermination, comportant des chambres à gaz à des fins d’extermination de populations entières (Juifs, Slaves, Tziganes) ou de catégories particulières d’individus (communistes, homosexuels, handicapés, etc.) particulièrement à l’instigation du régime nazi. L'ampleur des crimes des vaincus suscite la définition d'une incrimination nouvelle par les vainqueurs : le crime contre l'humanité, appliquée notamment au génocide des juifs d'Europe. Le régime nippon Shōwa (1926-1989) n'est nullement en reste en Asie avec, à son actif, dix millions de civils chinois enrôlés de force par la Kōa-in au Mandchoukouo, environ 200 000 « femmes de réconfort » enrôlées en Corée et dans tout l’Extrême-Orient, ainsi que l’annihilation systématique de populations civiles, principalement en Chine.

                Il faut ajouter à cela l'assassinat systématique de résistants et d'opposants politiques, ainsi que les représailles contre les civils, comme le firent les nazis ; les viols généralisés des femmes dans les territoires ennemis occupés, crimes perpétrés tant par un camp que par l'autre, et à une moindre échelle dans les territoires amis ; les expérimentations sur des êtres humains auxquelles se livrèrent des médecins nazis tels le SS Josef Mengele (1911-1979), et l’unité japonaise 731 ; les bombardements aériens massifs de civils d’abord par l’Axe en Europe (Coventry en Grande-Bretagne, Rotterdam aux Pays-Bas) et en Asie (Shanghai, Canton, Chongqing, cette dernière étant la ville la plus bombardée du conflit sino-japonais), puis par les Alliés : bombardement à grande échelle de nombreuses villes allemandes et notamment Dresde et Hambourg, attaques sur Tokyo au napalm au Japon. Développée par les États-Unis lors du conflit, la bombe atomique est utilisée pour la première fois de l'Histoire : deux bombes A larguées sur des cibles civiles par les États-Unis explosent à trois jours d’intervalle, à Hiroshima et à Nagasaki, au Japon.

                La Seconde Guerre mondiale propulse les États-Unis et l’URSS, principaux vainqueurs, au rang de superpuissances concurrentes appelées à dominer le monde et à se confronter dans une vive rivalité idéologique et politique, pendant près d'un demi-siècle, et à s'affronter militairement par États interposés comme pour la guerre de Corée (1950-1953), la guerre du Viêt Nam (1955-1975) et la guerre d'Afghanistan (1979-1989). Elle scelle le déclin des vieilles puissances impériales d’Europe et ouvre le processus de décolonisation qui s’accélère dans l'après-guerre en Asie, dans le monde arabe et en Afrique, jusqu'aux années 1960.

                L'ampleur des destructions et des morts suscite la création d'instances internationales, politiques et économiques, visant à éviter la réapparition des conditions ayant mené à la guerre (Organisation des Nations unies, Fonds monétaire international, Banque mondiale et Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce pour les plus connues). Enfin, ce dernier conflit d'ampleur sur le continent européen est suivi en Europe de l'Ouest par une période de prospérité sans précédent, dans la foulée de la reconstruction, et l'émergence progressive d'un projet d'unification politique pacifique porté en premier lieu par les deux adversaires historiques, l'Allemagne et la France.

AÏON n°5-IX-    L’œuvre intitulée "Belfort" peinte par Jean-Bernard Pouchous,  représente  à droite en haut du tableau et à côté de l’écriture 39/45, les armoiries du Reich allemand telles qu’elles étaient entre 1889 et 1918. Le blason de l'Allemagne est celui du Saint-Empire romain germanique, hérité de l'empire romain : « d'or à l'aigle de sable, armée, béquée et lampassée de gueules. » L'Empire allemand (Deutsches Kaiserreich) ou Deuxième Reich est le régime politique de l'Allemagne de 1871 à 1918. État-nation historique de l'Allemagne, l'Empire allemand est une monarchie parlementaire autoritaire avec une organisation territoriale fédérale. Ce régime suit la dissolution de la Confédération germanique (1815-1866), formée lors du congrès de Vienne en 1814, en remplacement de confédération du Rhin (1806-1813) sous protectorat de Napoléon 1er. (1769-1821). Après la constitution de la confédération de l'Allemagne du Nord  (1867-1871) crée par le ministre-président de Prusse Otto von Bismarck (1815-1898) à la suite de la victoire prussienne de 1866 sur l’Autriche à la bataille de Sadowa.

                Le 19 juillet 1870, l’Empire français déclare la guerre au royaume de Prusse. Le 7 aout l’empereur Napoléon III (1808-1873) cède le commandement au général Mac Mahon (1808-1893). Encerclé à Sedan, l'empereur capitule le 2 septembre 1870. Cette capitulation entraîne la chute du régime. Le  4 septembre 1870 Léon Gambetta (1838-1882) proclame le retour à la République avec un gouvernement provisoire qui se retrouve assiégé à Paris. Le roi de Prusse Guillaume 1er. (1797-1888) est proclamé Deutscher Kaiser dans la galerie des glaces du château de Versailles le 18 janvier 1871, après la victoire de l’Allemagne contre la France de Napoléon III à l’issue de la guerre franco-prussienne. Un armistice est signé le 26 janvier 1871. En février 1871, après la chute du Second Empire, Adolphe Thiers (1797-1877), devient chef du pouvoir exécutif. Le traité de paix signé le 10 mai à Francfort sur le-Main, consacre la victoire allemande.

                Du 18 mars au 28 mai 1871, la Commune de Paris ainsi que celles d'autres grandes villes, se soulèvent contre le gouvernement (à majorité monarchiste) ; Les versaillais et leur gouvernement ordonne l’écrasement de la Commune de Paris durant la Semaine sanglante et réprime les autres insurrections jusqu'au 7 juin 1871. Le 31 aout 1871, Thiers devient le premier président de la Troisième république (1870-1940).

                La victoire prussienne entraîne l’annexion par le Reich de l’Alsace (excepté le Territoire de Belfort) et d’une grande partie de la Lorraine. La France doit également supporter l'occupation d'un bon tiers de son territoire jusqu'en 1873, et du paiement d'une indemnité de 5 milliards de francs-or.

« Casus belli ! » L’assassinat perpétré le dimanche 28 juin 1914 à Sarajevo du l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l'Empire austro-hongrois, et de son épouse, est considéré comme l’élément déclencheur de la Première Guerre mondiale, qui eut pour conséquence la défaite, la chute et le démembrement des Empires russe, austro-hongrois, allemand et ottoman. L’Empire allemand prend fin le 9 novembre 1918, par l’abdication de l’empereur Guillaume II (1859-1941) et la proclamation de la république de Weimar (1918-1933), deux jours avant l’armistice qui met fin à la première guerre mondiale.

AÏON n°5-X-       L’œuvre intitulée "Belfort" peinte par Jean-Bernard Pouchous,  représente  à droite du tableau, les armoiries du Reich allemand, le blason de l’union des Républiques socialistes soviétiques telles qu’elles étaient entre 1923 et 1936. L’emblème de l’Etat de l’Union soviétique (Государственный герб СССР1) a été adopté en 1923 et a été utilisé jusqu'à l'éclatement de l'Union soviétique en 1991. Bien que techniquement il soit plus un symbole plutôt qu'un blason, car il ne suit pas les règles héraldiques, en russe on l'appelle герб (translittération: gerb). Le blason montre les emblèmes traditionnels soviétiques de la faucille et du marteau et l'étoile rouge sur un globe, et deux couronnes de blé recouverte de plusieurs rubans portant la devise de l'État de l'URSS « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous! » ou encore « Prolétaires de tous les pays, unissez vous ! » Le nombre, l'ordre, les langues et les alphabets figurés sur ces rubans ont évolué jusqu'en 1956. Les Républiques soviétique (RSS) et les Républiques soviétiques autonomes (RSSA) avaient leurs propres armoiries, en grande partie inspirées des armoiries de l'Union.

                Le projet de la première version du blason (1923-1931) est accepté le 6 juillet 1923 par la 2e session du Comité exécutif central (CIK) de l'URSS et la version a été achevée le 22 septembre de la même année. Cette conception a été fixée dans la Constitution soviétique de 1924 : « L'emblème de l'État d'URSS est composé d'une faucille et d'un marteau sur un globe représenté dans des rayons de soleil et encadrée par des épis de blé, avec l'inscription « Travailleurs de tous les pays, unissez-vous ! » dans les six langues suivantes : russe, ukrainien, biélorusse, géorgien, arménien et turco-tatares (Azéri). En haut de l'emblème il y a une étoile à cinq branches. »

                La guerre de Crimée opposa de 1853 à 1856 l’Empire russe à une coalition formée de l'Empire Ottoman, de la France, du Royaume-Uni et du royaume de Sardaigne des États de la maison de Savoie. Provoqué par l'expansionnisme russe et la crainte d'un effondrement de l'Empire ottoman, le conflit se déroula essentiellement en Crimée autour de la base navale de Sébastopol. Il s'acheva par la défaite de la Russie, entérinée par le  traité de Paris de 1856. Après la guerre de Crimée, Alexandre II (1818-1881) essaie de faire entrer La Russie dans la modernité. En février 1861, il  donne la liberté individuelle aux serfs mais ne fait pas la réforme agraire nécessaire, la noblesse conservant l'essentiel de la propriété foncière. Bien que dominées par celle-ci, les assemblées de districts deviennent le lieu d'expression de la démocratie locale. On assiste à la séparation de la justice et de l'état, les juges deviennent irrévocables et ne dépendent plus de l'administration. Cependant des tribunaux d'exception demeurent pour les militaires, les ecclésiastiques et les paysans. En 1894, Nicolas II (1868-1917) accède à la tête du pays, il apparaît comme un souverain réformateur mais il se radicalise en voyant naître les oppositions et il meurt, victime d'un attentat le 1er mars 1881. Alexandre III (1845-1894) se souvenant de l'attentat qui a coûté la vie à son père, craint tout ce qui est libéral. Il veut éviter toute contestation. Il met en place une surveillance permanente de la société. Il réprime les minorités, et en particulier les juifs qui ne peuvent s'installer librement et dont l'accès à l'enseignement secondaire et universitaire est limité. Pendant ce temps, les idées sociales s'affirment chez les ouvriers. Ils sont nombreux à avoir quitté les campagnes et à s'installer en ville, participant à l'essor économique sans précédent de cette période.

                La naissance d'une industrie importante crée un prolétariat qui va alimenter les courants politiques. En 1898, se forme le premier parti marxiste, parti social démocrate de Russie qui se divise en 1903 entre mencheviks avec Léon Trotski (1879-1940) et bolcheviks avec Vladimir Ilitch Lénine (1870-1924). Ceux-ci veulent une évolution rapide de la société. En 1901, naît le premier parti social révolutionnaire russe  (SR). Et enfin un 3ème mouvement, (KD) parti constitutionnel démocrate, s'inspire de l'occident. Tous ces mouvements politiques ne sont pas assez puissants pour renverser le tsar. La guerre russo-japonaise de 1905, avec la défaite des armées russes, va permettre leur essor. La flotte russe de Kronstadt est détruite à Tsoushima. Cette défaite affaiblit le pouvoir et fédère les opposants. Cela conduit à la révolte de 1905. Le 22 janvier, "Dimanche rouge", la population russe, exsangue et révoltée, manifeste pacifiquement au Palais d'hiver. Cette manifestation va dégénérer lorsque la garde du Palais va tirer sur les manifestants faisant un millier de morts. En juin, la mutinerie de l'équipage du Potemkine révèle une situation prérévolutionnaire. Nicolas II, discrédité, tente de reprendre la main, par Le Manifeste d'Octobre, en créant l'assemblée législative, La Douma. Elle se soumet au pouvoir et se discrédite, d'où des violences et des attentats meurtriers.

                Le 1er Août 1914, La Russie déclare la guerre à L'Allemagne. Après quelques succès en Galicie, l'armée russe révèle ses faiblesses, elle est surestimée et son commandement insuffisamment préparé. En 1917, le gouvernement provisoire issu de la révolution de Février  décide de poursuivre la guerre. L'armée démoralisée demande la paix immédiate. Les soldats rejoignent les soviets. Le terme soviet (conseil) désignait un conseil d'ouvriers et de paysans acquis aux idées progressistes dans l'Empire russe, qui prenait le pouvoir dans une organisation locale (une usine, une ville, une province) à partir de 1905. Durant cette période les russes souffrent car l'industrie ne travaille que pour la guerre. Il y a alors une absence des biens essentiels, une crise alimentaire et une inflation incontrôlable. Les grèves ouvrières et les révoltes paysannes sont nombreuses. Les manifestations vont se succéder et Nicolas II ne parvenant pas à juguler les désordres dissout La Douma (Chambre basse du Parlement). L'armée qui doit mettre un terme à la rébellion refuse de tirer et se rallie aux insurgés. Le 27 février les ministres sont arrêtés et deux nouveaux pouvoirs se mettent en place (soviet et douma). Le 28 février Nicolas II est arrêté et envoyé à Pskov. Le 2 mars il signe son acte d'abdication. De février à octobre 1917 La Russie connaît "une expérience démocratique". Le 7 novembre 1917 Lénine met en place une dictature. Il rencontre peu de résistance. Alexandre Kérenski (1881-1970), alors chef du gouvernement provisoire laisse les bolcheviks faire leur propagande (paix immédiate, terre aux paysans, pouvoir aux soviets). Ils se saisissent d'une provocation pour renverser le pouvoir en place. Les partisans de Lénine prennent Le Palais d'hiver et ce dernier fait tirer sur le croiseur Aurore. Le gouvernement signe sa capitulation.

                Bien qu'aux élections de l'assemblée constituante les SR recueillent la majorité, Lénine décrète que le pouvoir des soviets est supérieur à celui de l'assemblée et dès janvier 1918 il la dissout. Il annule les dettes et les emprunts contractés à l'étranger. Lénine installe une dictature du prolétariat.

« Je le répète, l'expérience de la dictature victorieuse du prolétariat en Russie a montré concrètement à ceux qui ne savent pas penser ou qui n'ont pas eu l'occasion de méditer ce problème qu'une centralisation absolue et la discipline la plus rigoureuse du prolétariat sont une des conditions essentielles de la victoire sur la bourgeoisie. » Lénine, 1920, La Maladie infantile du communisme (le « gauchisme »), Editions du progrès, Moscou, 1979.

                Le 16 juillet 1918 au soir, Toute la famille impériale des Romanov est assassinée au sous-sol de la villa Ipatiev à Iekaterinbourg dans l’Oural.

                Le grand héros militaire de la guerre fut certainement Gueorgui Konstantinovitch Joukov (1896-1974) (Георгий Константинович Жуков), militaire et homme politique russe et surtout soviétique. D'abord sous-officier dans l'Armée impériale russe pendant la Première Guerre mondiale, il devient officier de l'Armée rouge et du Parti lors de la guerre civile. Il monte progressivement en grade pendant l'entre-deux-guerres jusqu'à ce que Joseph Staline le nomme chef de l'État-Major général en janvier 1941.

                Les défaites de l'été 1941 entraînent son envoi par Staline comme représentant de la Stavka (le commandement des forces armées) sur les fronts les plus sensibles ; c'est ainsi que Joukov va avoir un rôle important sur le front de l'Est de la Seconde Guerre mondiale, coordonnant les troupes soviétiques lors de plusieurs opérations militaires majeures : il joue notamment un rôle important au début du siège de Léningrad, puis décisif lors de la bataille de Moscou ; il participe à la préparation de la contre-offensive de Stalingrad mais échoue devant Rjev ; il coordonne la partie nord de la bataille de Koursk (du 5 juillet au 23 aout 1943), une partie de la reprise de l'Ukraine et la moitié sud de l'Opération Bagration (du 22 juin au 19 aout 1944). Nommé commandant du principal front soviétique, le premier front biélorusse, Joukov dirige l'action principale de l'offensive Vistule-Oder (12 janvier au 2 février 1945), peine sur les hauteurs de Seelow et prend le centre de Berlin.

                Le 30 avril, vers 15 h 30, alors que l’Armée rouge n’est plus qu’à quelques centaines de mètres du bunker, Adolf Hitler (1889-1945) se suicide en compagnie d’Eva Braun (1912-1945) épousé la veille.

                C'est devant le futur maréchal Joukov que les forces armées allemandes capitulent, le 8 mai 1945 (9). Au même moment, l’ouverture des camps de concentration révèle définitivement l’ampleur de l’œuvre de mort hitlérienne. « La guerre de Hitler était finie. Le traumatisme moral, qui était l’œuvre de Hitler, ne faisait que commencer »  Ian Kershaw (1943-…)  historien britannique.

« l'idolâtrie de l'état, le plus grand fétiche sur terre après dieu, nous certifie la mort du divin. La mondialisation de la politique et de l'état se poursuit à travers la crainte et la colère, la haine et la révolte, dans les flots de sang, chemin jalonné de monuments de l'orgueil et de la démesure, Elle s'accompagne d'une critique radicale de l'aliénation politique, donc dès son ascension de la négativité radicale. L’histoire de l'état contient ainsi un résumé de l'histoire mondiale ; le sommaire des luttes pratiques. » Karl Marx (10).

                Victor Chklovski (1893-1984), le théoricien et critique russe déclarait en 1918 : « La plus grosse erreur de ceux qui écrivent actuellement sur l'art paraît être l'adéquation entre la révolution sociale et la révolution des formes artistiques qu’ils tentent d'imposer (...) L'art a toujours été autonome par rapport à la vie et sa couleur n'a jamais reflété celle du drapeau flottant sur la citadelle. » (11) Le groupe d'artistes constructivistes progressiste moderniste de Moscou ''Obmokhou'' (Société des jeunes artistes)  proposa en 1922 de décréter l'art et ses prêtres hors la loi, l'esthétisme étant déclaré « gaspillage inutile du cerveau humain ». Alors moderne jusqu’auboutiste, dès 1916, « Ainsi, Dada crut pouvoir supprimer l'art sans le réaliser… » Philippe Pogam (12).

                En 1945, lors d'une conférence à Haïti, revenant sur l'essence de la poésie, Breton déclarait : « La poésie, aux yeux de ceux qui la placent au-dessus des autres arts, semble avant tout valoir en fonction de certaines implications qui sont en elles, [...] Sa grandeur exceptionnelle est d'engager le temps à venir, de créer les déterminations sensibles qui excèdent en tous sens son domaine propre, de les douer d'une force mystérieuse de propagation : je dis mystérieuse parce qu'une fois l'ébranlement donné et communiqué à un petit nombre d'individus, ces déterminations s'étendent peu à peu au plus grand nombre des autres, dont la plupart ignoreront d'où est venue l'impulsion initiale ».

                Le doute s’installe finalement en tout conformisme même bipolaire et en 2020, le « marginal » reste toujours a éliminé de la société. Or c'est toujours de lui que proviennent les innovations, les idées nouvelles, au contraire des séides ou disciples du système qui, eux, n'ont aucun intérêt à le modifier puisqu'il leur a donné le pouvoir. Pour cette raison, nombre d'entrepreneurs sont des marginaux qui se démarquent par leur créativité et leur capacité d'innover. Mais aussi concomitamment qui accèdent rarement aux pouvoirs officiels que leur refusent les codes de la société. Dans ma discipline de la neurologie et de la psychiatrie, la presque totalité des découvertes a été produite non par les professionnels mais par des « amateurs », tous « marginaux » du métier, nous rappelle dans une interview Boris Cyrulnik  (1937-…) Et dans « Le travail peut être beau et rendre heureux » il rajoute : « La plupart des gens sont angoissés par les choix. Jusqu'à préférer abandonner leur liberté, source de tant d'anxiété. « Faire un choix va m'exposer, constitue un risque, peut-être me rendra malheureux. Je préfère confier à un autre le soin de décider à ma place ». C'est pour cette raison - le bonheur est dans la servitude - que nombre de dictateurs ont accédé au pouvoir de manière démocratique. Pour cette même raison, nombre de militaires qui vivent pourtant parfois un quotidien de guerre ou d'entraînement terrifiant sont exonérés d'angoisse parce qu'ils se sont soumis au chef. Ces angoisses apparaissent souvent à la retraite, moment charnière où ils doivent se prendre en main et décider - de leur emploi, de leur lieu de vie... »

De la chambre de son grand-père, Jean-Bernard Pouchous raconte : « Il avait un lit, dont j’ai hérité, une chaise, une commode et dans un coin enroulé le drapeau de son régiment qu’il portait aux commémorations des poilus. Sur la commode il y avait 2 douilles d’obus de 120 en cuivre de la guerre de 14/18, dans lesquelles il avait disposé des plumes de paon aux magnifiques ocelles bleues et vertes métallisées et des roseaux à massette (Typha latifolia) avec ses inflorescences marrons typique du lac d’Annecy. Entre les 2 obus reposait un lion de Belfort en bronze, objet souvenir monté sur une plaque de marbre… »                 Tout un univers marquant était ainsi résumé. Son grand-père était originaire de Thorrens d’une famille de Mont-Piton village au pied de la montagne de Sous-Dine bordant le plateau des Glières et sa grand-mère d’Amancy dans la vallée de l'Arve, juste au-dessous de la ville de La Roche-sur-Foron en Haute-Savoie ou « Pays de Savoie », ou « Savoie Mont Blanc », territoire de qui n’a pas toujours été français (départements de Savoie et de Haute-Savoie).

AÏON n°5-XI-    L’œuvre intitulée "Belfort" peinte par Jean-Bernard Pouchous,  représente à droite, sous le blason de l’union des Républiques socialistes soviétiques, les armoiries du royaume d’Italie telles qu’elles étaient entre 1929-1944.

                De Savoie plain, l’écu entouré du collier de l’ordre de l’Annonciade et des rubans des quatre autres ordres royaux, soutenu par deux faisceaux de licteur au naturel dont les lanières forment des lacs d’amour, au-dessus de la devise FERT répétée trois fois et timbré d’un heaume d’or couronné par la couronne de fer des rois lombards, le tout sous un pavillon de pourpre, galonné et frangé d’or, doublé d’hermine, le dôme de toile d’argent avec un lambeau d’azur, des rayons d’or descendant du bord supérieur entre les quels se trouvent des flammèches alternées d’or et de gueules, le pavillon surmonté de la couronne royale.

                La maison de Savoie est une dynastie européenne ayant porté les titres de comte de Savoie (1033), puis de duc de Savoie (1416), prince de Piémont, roi de Sicile (1713), roi de Sardaigne (1720) et roi d'Italie (1861). Le royaume de Sardaigne (en italien : Regno di Sardegna) est la dénomination entre 1720 et 1861 des États de Savoie, un ancien État européen. Le titre de roi de Sardaigne est obtenu par les ducs de Savoie contre la cession forcée du royaume de Sicile à l'Autriche en 1720, conséquence du traité de Londres et de la paix de La Haye. Ce royaume est à l’origine de la fondation du royaume d'Italie et donc de l'Italie moderne, dirigée par la maison de Savoie.

                En 1861, le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II de Savoie (1820-1878) est proclamé roi d'un nouveau royaume d'Italie unifié, à la suite de l'annexion par la Sardaigne de la Lombardie, la ToscaneModèneParme, les Deux-Siciles, et la plus grande partie des États Pontificaux (voir l'article sur le Risorgimento). Ce nouveau royaume d'Italie avait initialement pour capitale Turin, puis celle-ci fut déplacée à Florence en 1865Venise est annexée en 1866Rome en 1870 où la capitale fut transférée en 1871. La Maison de Savoie régna sur l'Italie jusqu'à la proclamation de la république en 1946.

                L’histoire de l'Italie fasciste, couramment désignée en Italie sous le terme de double décennie fasciste (ventennio fascista) ou simplement double décennie (ventennio), comprend la période de l'histoire du royaume d'Italie qui va de la prise du pouvoir par Benito Mussolini (1883-1945) en 1922 jusqu'à la fin de sa dictature le 25 juillet 1943. À la suite des succès extraordinaires et inattendus de l'Allemagne nazie entre avril et mai 1940 notamment la chute de Calais, de la Belgique et l'évacuation de Dunkerque ou "opération Dynamo" par les Britanniques (26 mai et 3 juin 1940), Mussolini pense que l'issue de la guerre est désormais décidée et le 10 juin 1940, il déclare la guerre à la France et à la Grande-Bretagne. Alors que la France demande un armistice à l'Allemagne le 17 juin, dans les Alpes, une résistance acharnée des Français met en déroute les soldats italiens. Mussolini participe à un sommet à Munich avec Hitler pour discuter de l'inattendue et imprévue reddition française face à la Wehrmacht : les conditions de paix demandées par le Duce sont acceptées partiellement. Le 24 juin, la France signe l'armistice avec l'Italie, lui reconnaissant, en plus de l'occupation d'une portion du territoire français frontalier, la démilitarisation d'une large bande le long des frontières franco-italienne et libyo-tunisienne.

                Le département de la Haute-Savoie est occupé par l’Italie fasciste de novembre 1942 à septembre 1943. Les territoires revendiqués par Mussolini à la frontière entre la France et l'Italie sont occupés par l’armée italienne à partir du 11 novembre, en concordance avec l’invasion par les Allemands de la zone libre, antérieurement non occupée et en représailles au débarquement allié en Afrique du Nord. Le 8 septembre 1943, à la suite de la signature de l’armistice de Cassibile entre l'Italie et les Alliés, les Allemands prennent le contrôle des territoires jusque-là occupés par les Italiens en France. Les territoires annexés de facto par l’Italie reviennent sous administration du régime de Vichy. Les troupes italiennes présentes sur le territoire français ne se considèrent plus comme des troupes d’occupation et regagnent progressivement l’Italie. Alors que dans le Nord de l’Italie, se met en place une République sociale italienne (RSI) vassale de l’Allemagne, les troupes italiennes qui n’ont pas évacué à temps la France sont désarmées par la Wehrmacht et envoyées dans des camps de prisonniers en Allemagne.

                La République de Salò (1943-1945), nouvelle République sociale italienne est un État fantoche contrôlé par les Allemands; Hitler a mis sous contrôle direct du Reich l'entière zone nord-orientale de l'Italie (l'Istrie, le Frioul, le Trentin et une partie de la Vénétie). Les troupes allemandes occupent cette zone dans les jours qui suivent l'armistice du 9 septembre sans les annexer officiellement mais seulement de fait. Hitler a de plus fait en sorte que les troupes de la RSI soient directement sous le contrôle et le commandement des officiers allemands et des milliers d'Italiens sont contraints au travail forcé comme dans n'importe quel autre territoire occupé par l'Allemagne. Entre le 23 et le 27 septembre 1943, le gouvernement de la RSI s'installe dans la ville de Salò en Lombardie d'où le nom.

                La Haute-Savoie a été libérée dès 1944 par les seules forces unies de la résistance, ce qui est un cas unique en France. Depuis le 8 septembre 1943, les forces allemandes succèdent à l’armée italienne et occupent la Haute-Savoie et Annecy. La gestapo y conduit une politique répressive implacable avec de multiples arrestations arbitraires. Le débarquement du 6 juin 1944 tend un peu plus la situation. Le 17 juin, l’Armée Secrète commandée par Joseph Lambroschini (1913-1993) dit Nizier et les Francs Tireurs Partisans Français dirigés par André Augagneur dit Grand constituent un état major des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) afin de coordonner leurs actions et améliorer leurs capacités d’intervention. La Résistance haut-savoyarde cherche, dès lors, à isoler les garnisons de la Wehrmacht, à limiter leurs communications et à les détruire ville par ville.

                Le maquis des Glières est un mouvement résistant français ayant opéré entre le 31 janvier et le 26 mars 1944, durant l'occupation allemande, sur le plateau des Glières, alpage d'altitude (1 450 mètres). Créé par l'Armée secrète, il est commandé par le lieutenant Tom Morel (1915-1944) et encadré notamment par des anciens du 27e bataillon des chasseurs alpins d'Annecy.  Les résistants réceptionnent trois parachutages d'armes légères d'infanterie, dont le plus important a lieu le 10 mars 1944. Le maquis se dissout après avoir été encerclé et pourchassé par la Milice et la Wehrmacht le 26 mars 1944 (13). Le 1er août 1944, 36 avions américains larguent des centaines de containers qui vont s’éparpiller sur le plateau des Glières. Grace à ce nouvel apport d’armes, la libération du département commence à s’organiser. Le vendredi 11 août, la mobilisation générale est lancée par les FFI (Forces Françaises de l’Intérieur). Le débarquement de Provence entre dans sa phase active le 15 août et la Résistance en profite pour harceler encore un peu plus l’occupant.

                Evian les Bains est la première grande ville libérée, le 16 août 1944 : 800 soldats Allemands capitulent face aux forces de la Résistance. Saint-Julien-en-Genevois est reprise le même jour, nombre d’allemands fuient vers la Suisse. Le 17 août, se sont les durs combats de Thonon-les-Bains, ville libérée au prix de 17 résistants tués. Chamonix et Le Fayet sont reprises le même jour, malgré une forte présence de douaniers allemands. Après quatre jours d’encerclement, Cluses tombe aux mains des résistants le 18 août. Annemasse est libéré le même jour.

                La libération d’Annecy signe celle du département. Le 18 août au soir, le nord du département est aux mains de la Résistance mais l’étendard nazi à croix gammée flotte toujours sur l’Impérial à Annecy. Les efforts des FFI se portent alors sur la libération de la ville chef lieu où les allemands restent très puissants. L’état major FFI verrouille les entrées d’Annecy. Toutefois, afin d’éviter un bain de sang, le commandant Nizier organise pour le 19 août à 6h du matin une réunion pour négocier la reddition des troupes allemandes. Le colonel Mayer (1912-1976), commandant les forces d’occupation, signe l’acte de reddition à 14h à l’hôtel Splendid. La libération d’Annecy, sans combats ou actions de violence, signe celle du département. La Haute-Savoie est libérée par les seules forces de la Résistance réunies, avant d’autres villes importantes comme Lyon ou Grenoble. Le département de la Haute Savoie a su être un pilier de la Résistance Française. Nombre de savoyards se sont battus pour le retour des valeurs de la République : la liberté, l’égalité et la fraternité.

Jean-Bernard Pouchous - 2020.

N°5-Bibliographie :

N°5-1- Régis Hueber, Bartholdi – Le Lion, éd. Musée Bartholdi, 2004.

N°5-2- Patrice Béghain, Inconnues célèbres. Regards sur trente portraits du musée des Beaux-Arts de Lyon, éd. Stéphane Bachès, 2004. 

N°5-3- Martin Robertson, La peinture grecque, éd. Skira, 1952

N°5-4- Pascal Quignard, Le sexe et l’effroi, éd. Gallimard, coll. Folio, 1996. 

N°5-5- Simon Leys, Orwell ou l’Horreur de la politique, éd. Pion, 2006. 

N°5-6- Jean Duvignaud, Hérésie et subversion. Essai sur l'anomie, éd. La découverte, 1986.

N°5-7- Sylvie Poirier, Frontières. Mort et mondes autochtones, éd. Université du Québec à Montréal (vol. 29, no. 2, 2018).

N°5-8- Alisa LaGamma, Ceil and Michael E. Pulitzer, Heroic Africans: Legendary Leaders, Iconic Sculptures. New York: Metropolitan Museum of Art, New York, 2011.

N°5-9- Jean Lopez, Lasha Otkhmezuri, Joukov, l’homme qui a vaincu Hitler, éd. Perrin, 2013.

N°5-10- Henri Lefebvre, Justice et vérité - Arguments n° 15, éd. de Minuit, 1959.

N°5-11- Victor Chklovski, La marche du cheval, éd. Champ libre, 1973.

N°5-12- Philippe Pogam, Avant Gardes et désastres, éd. Lulu.cm, 2010.

N°5-13- Claude Barbier, Le maquis de Glières. Mythe et réalité, éd. Librairie Académique Perrin, 2014.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now